Blog

You are here: Home → 17 nov 2014
nov 17, 2014
nov 17, 2014

Le gouvernement salue la validation de son plan de relance autoroutier par la Commission européenne

La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, et le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, ont annoncé jeudi 30 octobre que la Commission européenne avait validé le plan de relance autoroutier présenté par le gouvernement, d’un montant de 3,2 milliards d’euros.

« Ce plan permettra de réaliser les travaux nécessaires à l’adaptation et à la sécurisation du réseau autoroutier, de soutenir l’activité dans le secteur des travaux publics et de créer plusieurs milliers d’emplois », ont affirmé les ministres dans un communiqué commun.
Négocié entre l’État et les sociétés concessionnaires d’autoroutes depuis plus de deux ans, ce plan prévoit des travaux de sécurisation et de mise aux normes environnementales, la construction de parkings relais pour les routiers ou d’autopartage et le développement du lien entre autoroutes et réseau secondaire.

En contrepartie du financement intégral de ces travaux, les concessionnaires autoroutiers obtiendront un prolongement de leurs concessions, de quatre mois à six ans selon les sociétés.

Relations Etat-concessionnaires à rééquilibrer – La Commission européenne a décidé mardi de « ne pas soulever d’objection » au plan présenté en mai par le gouvernement français, qui prévoyait toutefois 3,6 milliards d’euros d’investissements.
Des discussions se poursuivent cependant pour « rééquilibrer les relations » entre l’Etat les sociétés concessionnaires d’autoroutes « conformément aux recommandations de l’Autorité de la concurrence et de la Cour des comptes », ajoutent Mme Royal et M. Vidalies.

Le gouvernement est notamment à la recherche de ressources financières pour financer les infrastructures de transport après l’abandon de l’écotaxe début octobre, sous la pression des transporteurs routiers.

Le président de l’Autorité de la concurrence, Bruno Lasserre, a estimé la semaine dernière que « le plan de relance autoroutier donne l’occasion à l’Etat de reprendre la main » pour intégrer dans les concessions une « clause de réinvestissement partiel des bénéfices » des sociétés routières, voire une distribution à l’Etat des « bénéfices supplémentaires » au-delà d’un certain seuil.

L’Autorité de la concurrence avait pointé du doigt la « rente » des sociétés concessionnaires d’autoroutes, dans un rapport publié le 18 septembre, sur lequel s’était appuyée Mme Royal pour proposer de taxer les bénéfices de ces sociétés, ou d’instaurer une gratuité des autoroutes le week-end.

Source : AFP