Dégradation du réseau routier

You are here: Home → Blog → Client → Dégradation du réseau routier
Dégradation du réseau routier

La société civile exprime sa colère

Les motards ne sont plus seuls à se mettre en colère contre la dégradation des routes françaises : 40 Millions d’Automobilistes lance un recensement des points noirs. Et la CGT défend le maintien d’un service public indispensable à la sécurité routière.

Dans un rapport intitulé « J’ai mal à ma route, quelles sont les routes les plus dégradées de France ? », l’association 40 millions d’automobilistes a recensé plus de 30 000 routes en très mauvais état.

Elle dénonce la dégradation continue du réseau à cause notamment d’une baisse de 25 % par an, depuis 2011, des crédits accordés pour l’entretien courant par l’État et les collectivités.

40MA appelle les pouvoirs publics à « assumer leur part de responsabilité » dans la sécurité routière, sachant que 47 % des accidents sont liés aux infrastructures. Elle réclame notamment une mission parlementaire sur l’état du réseau routier et l’urgence d’entretenir le patrimoine routier (voir le site www.jaimalamaroute.com).

Les motards en première ligne
Ces exigences de sécurité liées à l’état des routes en France trouvent écho chez les motards, usagers vulnérables circulant en équilibre sur 2-roues, donc soumis à des risques accrus de chute à cause des dégradations. La Fédération française des motards en colère (FFMC) a d’ailleurs récemment dénoncé le désengagement de l’État. Ses antennes départementales mènent des actions régulièrement pour pointer du doigt les points noirs routiers (voir Motomag.com rubrique Routes/Casque d’Ane).

Accéder à l’article

 

 

Leave a Comment